9 Octobre 1938

Marrakech

»L’autre quotidien que l’on peut lire parfois est le « Maroc Matin », illustré, de Casablanca. Beaucoup plus à gauche que les autres. Papier et impression de mauvaise qualité, évidemment pas prospère, et pas très en évidence, en fait rarement disponible.
A l’issue de la crise chacun ici a fait montre d’un grand soulagement et a été beaucoup moins impassible à ce sujet que pendant la crise elle-même. Des Françaises, en vue officiellement, que nous connaissons personnellement, ont écrit des lettres de félicitations à Daladier. Il est évident au ton de la presse, que même dans les grandes villes ou il y a un prolétariat blanc il n’y avait pas le moindre enthousiasme pour l’idée d’aller en guerre à cause de la Tchécoslovaquie.

J’avais tort de penser que le travail du cuivre etc., est exclusivement l’œuvre des Juifs. Les Juifs et les Arabes semblent faire le même genre de métiers. La plupart des travaux ayant trait aux charrues en bois, couverts en bois, aux ustensiles en cuivre ou en laiton, et même de menues tâches de forge sont réalisées par de très jeunes enfants. Des enfants de certainement pas plus de 6 ans travaillent à de menues tâches sur ces travaux. Les enfants de 8-10 travaillent avec des houes et des ciseaux à bois très rapidement et avec grand talent. Les enfants presque trop jeunes pour tenir sont employés à des boulots comme tenir écartées les mouches des piles de fruits. Le travail du bois par les arabes, plutôt dur, et fait avec des outils extrêmement primitifs est de bonne qualité, mais on a l’impression qu’ils ont toujours du bois d’hors saison qui est bien sûr sujet à déformation. Les manches de houes sont coupés directement dans des branches encore vertes. C’est probablement dû à un défaut de capital et d’espace de stockage. Il est aussi évident que les paysans doivent acheter une nouvelle charrue tous les ans.

Les femmes domestiques touchent moins que les hommes. Madame V. paye sa cuisinière générale 6.50 Frs par jour, mais on est plus proche de 5 Frs en moyenne, et dans certains cas 3.50 Frs voire même 3. La domestique percevant ce salaire n’a en aucun cas le gîte et le couvert. A. est une extrêmement bonne cuisinière qui en Angleterre vaudrait 50 £ par an et sa nourriture.

La plupart des montures et des animaux de bât sont ici excessivement bon marché. Les prix suivants ont été notés à la Foire aux animaux de Bab el Khemis (certains pouvant donner lieu à réduction si négociation). Chameau adulte mais assez petit 300 Frs. Cheval de selle, 15-16 « mains », apparemment bon 275 Frs. Ane 75-150 Frs. Vache laitière 650 Frs. Mules 250-1000 [a] le prix élevé des mules est dû au fait qu’elles sont montées par les riches, la mule étant un signe distinctif de richesse. Chèvres (très misérables) 30-50 Frs.

Importance immense des aveugles ici. Dans les quartiers pauvres on croise facilement 3 où 4 aveugles en 50 yards. Un certain nombre de mendiants aveugles sont probablement des imposteurs, mais la cause principale est sans aucun doute les mouches qui sont incrustées dans les yeux des enfants. Curieusement les enfants en dessous d’un certain âge, disons 5 ans, semblent ne pas remarquer les mouches.

Les femmes arabes presque toutes invariablement voilées, sont quelque chose mais honteuses, et ne peuvent aller seules ni se quereller, ni négocier etc. ne semble pas du tout inhibées par leurs voiles. Les arabes semblent attacher une moindre importance que la plupart des orientales à toucher et être touchée. Les hommes arabes vont souvent main dans la main, et quelquefois main dans la main avec une femme (impensable dans certains pays orientaux). Dans les bus de petites amourettes entre femmes arabes et européens. Les règles musulmanes sur l’interdiction d’alcool semblent être strictement observées, et l’on n’entend pas parler d’ivresse. Par ailleurs beaucoup fument une sorte de drogue appelée « kiff » qui est supposé à un certain degré avoir des effets narcotiques. On dit que c’est illégal mais l’on peut s’en procurer partout. Les européens ne sont pas admis dans les mosquées ici.

Les autorités françaises disposent d’une sorte de gardiens de la paix, une force connue sous le nom de « sûreté » armée de matraques, à qui l’on fait appel pour pourchasser les criminels. Je n’ai encore rencontré personne de confiance, mais il semble que ceux-ci, comme la police régulière, peuvent arbitrairement fouetter les voleurs etc. et ces châtiments sauvages sont administrés sans aucune forme de procès.

Ai vu quelques soldats de la Légion étrangère. Ils ne semblent pas être de très dangereux brigands. Presque tous en piètre condition physique. Les uniformes pire que ceux des conscrits.

Publicité officielle de la poste pour enseignante, ou natives à l’université, enseignante évidemment fille d’officier de l’armée, ou quelque chose comme ça, salaire de 900 Frs par mois.

Un film français « Légion d’honneur », film de propagande équivalent aux « lanciers du Bengale », concernant le Sahara Français. Certaines différences sociales intéressantes. Les officiers français parlent aux Touaregs par l’intermédiaire d’interprètes. Appelant deux hommes pour des tâches spéciales ils s’adressent à eux par leurs numéros plutôt que par leurs noms. Les officiers (qui représentent plus où moins l’aristocratie) fument des cigares et portent l’uniforme en dehors du service, par exemple sur le bateau de retour au pays.

En ayant lu les journaux anglais de la période de crise il apparaît évident que la presse locale française a systématiquement minimisé l’affaire pour des raisons obscures.

Au bazar un minuscule sachet de thé (thé vert de Chine que les arabes boivent beaucoup), peut être ¼ ou ½ d’once et environ 1 once de sucre peut être acheté 25 centimes. Totalement impossible d’acheter les choses dans de telles quantités dans la plupart des pays européens. Prix d’une tasse d’eau 1 sou. On peut comprendre cela comme voulant dire que le sou n’a pas d’autre pouvoir d’achat.

Pas encore vu le moindre signe d’hostilité envers les européens comme ceux que l’on peut voir constamment dans une ville indienne.»

Note d’Orwell

[a] Taxe de 10% payé par le client sur chaque vente.

Publicités

The URI to TrackBack this entry is: https://orwelljournal.wordpress.com/2008/10/13/9-octobre-1938/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :