11 Août 1938

« Ce matin toutes les surfaces, même intérieures,trempées, conséquence de la brume. Un curieux dépôt sur toute ma boîte à tabac, éviemment résidu de moisissure agissant sur la laque.

Très chaud, mais pluie dans l’après-midi.

Dit à l’homme pris un autre serpent ce matin – sûrement une couleuvre à collier cette fois. L’homme qui les a vus m’a dit avoir essayé de couler un nœud autour de son cou & d’avoir essayé de couper sa langue avec un couteau, l’idée étant qu’après ça elle ne pourrait plus piquer.

La première beauté des pommes de Bath aujourd’hui.

Publicités
Published in: on septembre 13, 2008 at 4:52  Laisser un commentaire  
Tags: , , , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://orwelljournal.wordpress.com/2008/09/13/11-aout-1938/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :